Entreprise d’héliciculture et de produits alimentaires à base d’escargots située dans le Lot-et-Garonne

20190531_190456.jpg

Le parc d'Helicidrion au printemps 2019

Animés par l’envie de s’installer à la campagne, Corinne Trocque et son mari Patrick May souhaitent faire vivre une ferme associative, fondée par la communauté des Compagnons à Fargues-sur-Ourbise (47). Consciente du peu de production française d’escargots dans les assiettes des Français, Corinne, responsable d’un service informatique à Yvetot (76), décide alors de suivre une formation d’initiation à l’héliciculture au CFA de Châteaufarine à Besançon.

2019

Accueilli dans une ancienne ferme de 21 hectares, Helicidrion trouve son emplacement là où se situait le potager bio. Sur cette terre naturelle sont plantés différents végétaux pour l’alimentation des escargots : colza fourrager, trèfle incarnat, trèfle nain blanc, phacélie, radis fourrager… Dans le parc de 400 m2, sur des piquets d’acacias, sont posées des mangeoires qui portent plus de 1 100 planches en pin naturel pour l’hébergement aux escargots. Pour éviter toute tentative d’évasion des gastéropodes, une clôture électrique est montée tout autour du parc, et, pour empêcher tout vol par des prédateurs, un filet anti-oiseaux est également installé. Dans un premier temps, une nurserie, sous deux serres, a permis d’accueillir les 120 000 naissains.

Les escargots ont été accueillis à la mi-mars 2019 dans un parc de 400 m2. Ils ont été alimentés, en plus des végétaux plantés, d’une farine bio conçue spécialement pour les escargots. Tous les soirs, les escargots sont arrosés afin de les encourager à se nourrir. Ils vivent principalement la nuit, le reste de la journée, nous les retrouvons sous les planches ou entre les grandes herbes. Fin septembre, la récolte débute chez Helicidrion, grâce à l’aide d’amis venus prêter main-forte. Cette étape consiste à récupérer les escargots collés sous les planches et de les cueillir un à un pour les autres.

 

2020-2021

​Pour la deuxième et la troisième années d’élevage des escargots, le parc d’Helicidrion a été déménagé de quelques mètres afin de se rapprocher des locaux techniques et de permettre au premier terrain de revenir à sa fonction initiale de potager.

A la fin du mois de mars, 120 000 nouveaux naissains ont été accueillis dans les deux nurseries. Les escargots ayant grossi, les serres des nurseries ont été retirées à la mi-mai et les escargots peuvent désormais profiter de l’ensemble des 400 m2 de parc.


 

Après la récolte, l'hélicicultrice passe en cuisine et propose ainsi une gamme de produits faits maison.

20200518_184348.jpg

Le parc d'Helicidrion au printemps 2020

  • Facebook
  • Instagram